Please reload

Posts Récents

Vocal Production Secrets : Comment faire "bien chanter" n’importe qui grâce au clonage et à Frankenstein.

08/09/2017

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

Préparer ses pistes pour le mixage et le mastering comme un pro

23/08/2017

 

Cet article a pour but de renseigner tout artiste ou producteur sur les bons concepts et usages à adopter pour envoyer vos pistes à un studio de mixage ou de mastering.

 

Pour ceux qui n'auraient jamais exporté leur mix à un autre studio, cette lecture vous sera fort utile.

 

L’idée générale est d’exporter votre musique en plusieurs pistes audio séparées et synchronisées dans un format numérique non-compressé.

 

Qui dit "Format audio numérique non-compressé", dit format .wav ou .aif. En effet il est fortement déconseillé d’envoyer des mp3 au mixeur car la qualité finale du master en sera compromise. Le mixeur pourrait accepter vos fichiers mais vous êtes prévenu du risque encouru.

 

A la fin de cette article se trouve des liens qui expliquent comment exporter une session en un multi-piste audio pour les différents logiciels les plus utilisés. Il suffira de cliquer sur celui qui vous correspond.

 

“Pourquoi ne puis-je pas envoyer ma session entière, ce serait plus simple, non ?”

 

En effet, mais si par exemple vous travaillez sur Cubase et nous sur Protools nous ne pourrons pas ouvrir votre session. Et même si nous sommes tous les 2 sur Protools cela demanderait un check sur les plugins à bouncer, sur les versions du soft etc. Bref nous nous risquons à des problèmes de compatibilité. Pour résumer il vous faut pouvoir partager vos pistes de manière “universelle”.

 

 

Les Grands principes fondamentaux de l’export de pistes

 

  • Réécoutez votre session et soyez bien sûr que votre travail est “fini”. Le mixeur prend le relais sur votre projet “là où vous l’avez laissé”. Si vous avez des changements à faire c’est le moment. Vous pouvez aussi écrire une note au mixeur pour lui suggérer certaines choses que vous aimeriez qu’il fasse comme par exemple rallonger ou supprimer une partie etc. si vous estimez qu’il le fera mieux que vous.

 

  • Faites un bounce (export) de votre propre mix tel que vous l’écoutez chez vous. On appelle ça un ‘Rough mix’, il s’agit du mix de l’artiste/producteur avant l’envoi officiel au mixage. Cela permet au mixeur de prendre connaissance de la manière dont l’artiste entend sa musique. Il y a en effet beaucoup d’informations importantes dans un rough mix. Le rough sert aussi de référence et de comparaison avec le mix final.

 

  • Dans la mesure du possible, vérifiez vos edit, en d’autres termes, vérifiez vos coupes et vos fades, faites en sorte que tout soit clean, qu’aucune partie ne soit "coupée trop nette" par exemple.

 

  • Attention aux débuts et aux fins de vos sons. Pensez à laisser au moins 2 mesures de marge avant et après l’export afin d’être sûr de ne rien perdre.

 

  • Nommez correctement vos pistes, donnez leur un nom explicite. Ne laissez pas un fichier avec un nom du type ‘audio_1034’ ! En nommant et en classant correctement vos exports, nous gagnerons du temps et vous serez livré plus rapidement.

 

  • L’une des parties les plus importante est la synchronisation de vos pistes. Il est impératif que chaque fichier d’un même morceau que nous recevons démarre au même moment. Par exemple, votre morceau débute avec une intro de clavier puis la voix apparaît 8 mesures plu-tard. Il faudra démarrer l'export de voix au moment que celui du clavier, même si il contient 8 mesures de vide. Il en va de même pour chaque autres pistes de votre morceau. Pensez que nous chargeons vos pistes vers notre logiciel en les calant au début de notre session. La plupart des logiciels permettent d’exporter toutes les pistes en une fois selon un point de synchro. Si vous le faites manuellement faites très attention à toujours commencer vos exports au même endroit.

 

  • Vérifiez que vos pistes ne saturent pas (led dans le rouge) lors de l’export. Il est vital de rester à une amplitude “correcte” de vos formes d’ondes et surtout de ne pas faire saturer vos pistes audio pour préserver leur intégrité. La saturation numérique est désagréable à l’oreille et ne sonne pas pro du tout. Pour les plus techniques d’entre vous sachez que le gain idéal (je ne parle pas de volume de la piste mais bien du gain de la piste enregistrée) se situe vers -18 dbfs en moyenne, pour les rythmique, percus, on peut aller jusqu’à -6 dbfs. Pour ceux pour qui c’est du chinois vous pouvez vous contenter de ne pas clipper dans le rouge et tout ira bien !

 

  • Rajouter d’une note à votre dossier contenant vos pistes audio : un fichier texte contenant vos directives et indications. Vous pouvez même rajouter une ou plusieurs références du commerce (en .wav de préférence) afin de mieux illustrer vos propos. Les informations de tempo et de tonalité peuvent nous faire gagner de précieuses minutes. Alors pensez y !

 

  • Lors de l’envoi via dropbox ou wetransfer pensez à archiver vos dossiers dans un fichier zip par exemple. Si vous avez besoin d’aide voici un lien.



 

Question fréquente numéro 1 : Dois-je exporter toute ma drum en 1 piste ou bien chaque éléments séparés du kit ?

 

Il en va de même pour les back vocaux ou les groupes de synthés ou les guitares prises avec plusieurs micros.

 

Il peut être intéressant de regrouper plusieurs pistes en une seule piste stéréo.

Les avantages ? En regroupant vos pistes, vous avez établi vos propres sélections et choix artistiques. Après tout, qui d’autre que vous, artiste/producteur, ne sait mieux quelle prise est à mettre le plus en avant dans un groupe de back etc.

 

En contrepartie vous donnez moins de libertés au mixeur. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise méthode. En ce qui me concerne je n’ai pas “d’exigences” particulières a part que je préfère avoir les pistes séparées d’une batterie qu’elle soit acoustique ou électronique. Le kick et le snare sont deux éléments cruciaux dans la musique moderne et je préfère les avoirs sur piste séparées, de même pour la voix lead ou les pistes importantes du morceau.

 

Le reste, layerings de synthés, multi-micked guitares ou back ground vocals etc. ne sont pas pénalisants si le stem (groupement de plusieurs pistes) est assumé de votre côté.

 

 

Question fréquente numéro 2 : Dois-je enlever mes effets, Eq, comp ... avant d’exporter mes pistes ?

 

Très bonne question, chaque mixeur a sa préférence, en ce qui me concerne je considère que les effets et les plugins font partis de l’arrangement à l’étape de la prod.

 

Par exemple si vous avez mis une réverbe sur un piano c’est que vous aimez son rendu et par conséquent que vous voulez le garder dans le produit final. Il en va de même pour les EQ, chorus, compresseurs delays etc. Le cas échéant, vous pouvez faire 2 exports, l’un dry (sans effet) et l’autre avec effet sans oublier de le préciser dans vos notes.

 

Il n’y a aucun problème à utiliser ses outils en prod car tout le titre est censé bien sonner avant l’étape du mix hein ?

 

 

Question fréquente numéro 3 : Quelle fréquence d'échantillonnage et quel audio bit depth dois-je choisir pour mes exports ?

 

Si vous avez déjà jetez un coup d’œil sur des forums audio, vous savez que tout le monde à son mot à dire sur tel usage qui sonne mieux qu’un autre etc. Faire un cours d’audio numérique n’est pas le sujet de cet article et vous pouvez aller googeuliser sur le sujet si cela vous intéresse mais je vais vous tenter de vous conseiller de manière pragmatique.

 

Ne faites pas de conversions ! Voilà c’est dit … cela veut dire que vos exports seront sur les mêmes valeurs que votre session. Exemple si vous avez créé votre session en 44,1 Khz pour 24 bits et bien gardez les mêmes valeurs pour votre export. Point.

 

Pour vos futurs productions sachez que travailler en 24 bits est mieux que 16 bits (au delà, c’est sensé être mieux mais bon 24 bits c’est très très bien !). Je ne rentrerai pas dans les détails et oui le minimum est 44,1 khz qui correspond à la fréquence d'échantillonnage du CD ce qui est tout à fait correcte. Si vous avez l’intention de synchroniser vos morceaux avec de la vidéo alors concevez les depuis le début en 48khz. Si vous travaillez sur de la musique pour les DVD alors il faut travailler en 96khz etc. A titre personnel j’aime bien travailler en 48khz pour 24 bits et cela dès la conception du morceau.

 

 

Question fréquente numéro 4 :Et si je ne veux faire que du mastering dois-je enlever tous les plugins de mon bus master ?

 

Il n’est pas interdit de traiter son bus master à l’étape du mixage, bien au contraire ! Je suis un adepte de cette pratique. Soyons bien claire, le but est de faire le meilleure mix possible avant l’envoi au mastering, et peut importe les moyens utilisés, si ça sonne bien alors c’est bien.

 

Bien entendu il en va de soit que vous savez ce que vous faites hein ? Il faudra par contre faire en sorte que le mix ne sature pas numériquement et même de préférence que vous laissiez quelques db de marge, en gros que le mix n’atteigne jamais le 0dbfs. Il est aussi fort conseillé de ne pas mettre de limiteur en fin de chaîne. Le limiteur sert avant tout à faire du leveling, faire sonner plus fort le mix sans dépasser le 0dbfs, laissez cette étape à l’ingé son mastering c’est préférable, sinon il va s’en plaindre c’est certain!

 

 

 

Et pour finir voici les liens pour vous aider dans vos exports selon le soft:

 

Logic

 

Cubase

 

Reaper

 

Ableton live

 

Protools

 

Sonar

 

Garage band

 

Fruty loops

 


 

Bons exports les petits loups !

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives

2019 Sitarane Productions

siret 53372295500028

sitaraneprod@gmail.com

Photos : Laurence Rakoto

Logo : Vivien Racault

Mentions légales                        Contact

  • Facebook Social Icon